Benoît Bret

« C’est la troisième fois que je recrute une femme pour travailler avec moi. Marina, qui fait aujourd’hui son CAP en alternance avec moi, avait l’air très motivée, c’est pour ça que je l’ai embauchée.

Je trouve que les filles font un travail plus fin, plus minutieux, elles voient mieux les défauts. Ce qui peut bloquer certains chefs d’entreprise, dans certains métiers, c’est la question de la force, mais on peut trouver des solutions pour que ce ne soit pas un frein. Quand il y a une charge lourde à porter, on s’organise pour être là tous les deux. Quand elles viennent en stage, je leur donne leur chance et je teste leur motivation comme pour les garçons. Je suis partisan de donner leur chance aux jeunes, filles et garçons. J’ai eu des stagiaires garçons qui ne faisaient pas l’affaire, ils avaient 15 ans et ne savaient pas ce qu’ils voulaient faire.

Avec les filles, si elles sont là, prêtes à bosser dans le BTP, c’est qu’elles sont motivées ! Elles sont courageuses. Je leur dis de s’accrocher ! Les clients sont impressionnés quand ils me voient arriver avec Marina, ça leur fait drôle de voir une fille sur un chantier, mais ils apprécient ! »

Et aussi...